Un avion appartenant à la compagnie aérienne polonaise LOT Polish Airlines a été contraint à un atterrissage d’urgence sur l’aéroport international de Varsovie. Pour cause, une panne technique liée à son train avant qui ne sortait pas, suite à plusieurs tentatives.

L’avion, un Bombardier DASH-Q400, d’immatriculation SP-EQG, vol LO3924, qui assurait la liaison entre l’aéroport international Jean-Paul II de Cracovie et l’aéroport international Frédéric Chopin de Varsovie, transportant 59 passagers et 4 membres d’équipage, a dû atterrir sur le nez. Aux alentours de 18h, heure locale, lorsque l’appareil était en phase d’atterrir, les pilotes ont signalé à leur base des difficultés techniques relatives au train d’atterrissage avant. Malgré leurs nombreuses manœuvres pour faire sortir le train avant pour un atterrissage normal, le problème persistait. C’est alors qu’ils ont pris la décision d’entreprendre un atterrissage sur le nez qui, fort heureusement, s’est plus ou moins bien passé, puisqu’aucune perte en vie humaine, ni aucune blessure, n’a été signalée.

 

A leur atterrissage au milieu des véhicules de sécurité, les différents services d’intervention et les équipes techniques les attendaient sur place, et se sont mis à pied d’œuvre pour prendre en charge et évacuer les passagers. Suite à cette opération, l’aéroport a été fermé pendant plusieurs heures, provoquant des réorientations vers les aéroports voisins, et perturbant quelque peu le trafic par la même occasion. C’est plus tard dans la nuit que l’aéroport a été rouvert, après que l’avion ait été remis sur ses trains et tracté jusqu’au niveau des parkings.

Une telle situation, bien que très rare, et généralement imprévisible, aurait quand-même pu être évitée, si les services de l’aviation avaient pris leur disposition. Cette prise de disposition suppose la mise en place de mesures telles que la gestion de controle d’accès, entre autres possibilités. Ces dispositions permettront de prévoir et d’anticiper de pareilles éventualités, afin d’assurer aux passagers à bord un atterrissage dans les règles de l’art, et une sécurité de façon générale.

A cet effet, les solutions Primion Technologie auraient été assez intéressantes, puisqu’elles font preuve d’une grande efficacité. Elles vont de la gestion de controle d’accès à la gestion du temps, en passant par la sécurité intégrée. Permettant de minimiser les risques, elles proposent des systèmes de controle d’accès qui empêchent les personnes non-autorisées de se retrouver dans des zones où des manipulations peuvent compromettre ou porter atteinte à la vie d’autrui.

L’exemple de l’aéroport de Francfort, qui a adopté les systèmes de gestion de controle d’accès de Primion Technologie, en plus du poste de supervision psm2200, en est une belle illustration. Ce poste de supervision aide à répondre efficacement à plus de 1 000 exigences différentes. Y sont impliquées, une solution de controle d’accès, la gestion des pièces d’identité et des visiteurs, ainsi que la gestion des portes et du temps de travail des employés. D’autres dispositifs comme le lecteur biometrique sont également utilisés, toujours dans le but de proposer un service de qualité aux clients, tout en élevant le niveau de sécurité tant au sein des aéroports qu’à bord des avions.

Outre ces différents modes de gestion, les Primion Security Solutions permettent de protéger les bâtiments stratégiques, ainsi que les zones sécurisées (tour de contrôle par exemple). Ces solutions sécurisent également l’accès aux avions, via le controle d’accès, la vidéosurveillance, la détection d’intrusion, le lecteur biometrique, etc.

Au vu de ce bref tour d’horizon des solutions Primion Technologie, on se rend aisément compte du niveau de sécurité proposé par Primion, et l’utilité qu’auraient pu avoir ces systèmes pour prévenir l’atterrissage risqué qui a été observé à l’aéroport Frédéric Chopin de Varsovie. A l’évidence, les Primion Security Solutions auraient permis de prévoir de tels cas de figure, et de mettre aussitôt en place un dispositif devant permettre la sortie du train avant pour un atterrissage normal.