Le Sea Bubble est un véhicule très particulier, un bateau-taxi électrique volant conçu pour désengorger les berges urbaines. Il s’agit d’une idée écologique d’Alain Thébault, le navigateur français, dont le but est d’améliorer le système de transport en commun.
Ce bateau taxi fera son apparition officielle en juin sur la Seine. Il s’agit d’une voiture hybride à la fois taxi et à la fois bateau. Il s’inspire du fameux hydroptère, du même inventeur, un trimaran capable de flotter hors de l’eau sur le même principe.
L’engin se déplace silencieusement sur l’eau avec une vitesse qui peut aller jusqu’à 15 km/h. Le caractère écologique et futuriste du projet fascine les grandes villes, dont notamment Paris, Londres et San Francisco. Les Sea Bubble seront utilisés comme des taxis qui ne vont ni créer des embouteillages ni émettre des fumées polluantes.

Description du bateau taxi à Paris

sea-bubble-seine-paris-test

Photo: tempsreel.nouvelobs.com

En apparence, ce véhicule prend la forme d’une bulle et a la taille d’une petite voiture. Le prototype qui sera présenté cet été peut transporter 4 personnes incluant le pilote. Pour l’instant, la présence d’un pilote est encore requise pour faire déplacer le taxi bateau. Toutefois, des études sont en cours pour que l’engin puisse avancer sans pilote.

Le qualificatif volant caractérise le fait que le bateau se soulève de l’eau dès qu’il atteint les 6 nœuds (à peu près 9 km/h). De par ce soulèvement, la bulle ne touche plus l’eau et réduit par conséquent la résistance de l’eau durant le déplacement. Et c’est exactement cette réduction de frottements qui procure une si grande vitesse au bateau taxi sur la seine. Outre la consommation réduite, ce véhicule est très silencieux et ne génère pas de vagues pouvant déranger le voisinage.
Ce sont ainsi les ailes sous-marines du bateau taxi qui lui permettront de flotter. Deux hélices motorisées sont également placées à l’arrière du véhicule.

Le bateau volant, sur la Seine et autour du monde

sea-bubble-parking-illustration

Photo: caradisiac.com

Quelques grandes villes traversées par des fleuves, des baies ou des lacs sont déjà intéressées par le Sea Bubble d’Alain Thébault pour permettre d’optimiser l’utilisation des espaces fluviaux. Le concepteur a reçu plusieurs invitations pour présenter son invention, dans des villes américaines, comme New York ou San Francisco, en Inde ou en Suisse. Paris aura le grand honneur d’accueillir sur la Seine la première démonstration cet été au mois de juin. Ce taxi bateau à Paris est à terme destiné au transport en commun. Il pourra éventuellement être intégré dans le système des Autolib’, Vélib’ et Uber pour faciliter les organisations.
Les tarifs appliqués au départ ne devraient pas faire de grande différence avec ceux d’un taxi, aux environs de 10 € pour chaque déplacement.

Anne Hidalgo, la maire de Paris, est partante pour la mise en circulation du bateau volant sur la seine. De son côté, le ministre de Bercy projette de s’en procurer pour équiper les douaniers qui doivent circuler quotidiennement sur le fleuve et sur les côtes. Avec les efforts déployés dans la protection de l’environnement, la venue de ce taxi volant à paris est très attendue. Cependant, il est à noter que les difficultés administratives et les réglementations fluviales subsistent dans la ville. Par exemple, les engins circulant sur la Seine sont limités à 12km/h aujourd’hui. Contrairement à cette situation, des villes comme Londres se montrent moins restrictifs sur l’utilisation du bateau électrique. Au vu de ces contraintes, Alain Thébault projette plutôt une extension de son projet en dehors de la France pour le moment.

Un rêve qui se réalise pour Alain Thébault

Alain Thébault et Anders Bringdal présentent le Sea Bubble 

Lorsqu’il était enfant, le navigateur français Alain Thébault était plutôt du genre à rêveur, à s’enfermer chez lui à observer les oiseaux par la fenêtre, rêvant de pouvoir s’envoler à leur manière. C’est de là qu’est née l’idée et l’envie de faire voler l’être humain, d’où cette concrétisation du projet de taxi volant. Après des études et recherches en développement d’une vingtaine d’années, il concrétise avec succès le projet de l’hydroptère, un bateau volant, dont la première version est lancée en 1994. Cet engin navigue jusqu’à peu près de 100 km/h, et a par la même occasion battu le record mondial de vitesse à la voile. Avec l’aide d’Anders Bringdal, le Sea Bubble, version urbaine de l’hydroptère utilisable par le grand public est mise au point. Certains ingénieurs de Dassault sont également intervenus pour apporter leur aide au cours de la conception.

Une question lui est fréquemment posée : « pourquoi l’idée d’un projet pareil venant d’une personne qui fréquente si rarement la ville et non d’un spécialiste de l’urbanisme ? » Monsieur Thébault a répondu simplement que les idées innovantes n’ont pas de barrière, en rajoutant qu’elles ne sont pas le l’apanage de diplômés ou de spécialistes techniques.

Les avantages et les inconvénients à savoir

journaldugeek.com

Aucun inconvénient ne pourra être soulevé en ce qui concerne la stabilité et le caractère sécuritaire du bateau taxi sur la seine. De plus, la recherche d’une stabilité pour ce bateau électrique était l’objectif principal des inventeurs. La taille de l’engin n’est pas un souci, car des Sea Bubble de 12 à 20 places seront mis en construction après l’expérimentation des prototypes.

L’inconvénient majeur de l’usage du Sea Bubble en tant que transport en commun est que celui réservé à ceux qui fréquentent des zones à proximité de la Seine. Toutefois, avec une organisation bien définie, ce problème pourrait être résolu. On parle par exemple de l’intervention de l’application Uber dans le système de transport en bateau volant, mais une bonne stratégie reste à mettre en place.

Néanmoins, les avantages d’une mise en place de bateau taxi sur la seine l’emportent sur les inconvénients et les Parisiens seront ravis d’accueillir cette nouveauté quand les tarifs seront adaptés aux budgets moyens.

N’existant auparavant que dans les histoires de fiction, ce type d’engin est aujourd’hui une réalité et la première démonstration sur la Seine d’ici peu en sera la preuve. Alain Thébault réalise son rêve de vouloir faire voler le monde avec le premier test du taxi volant sur la seine. De son côté, le grand public profitera d’un nouveau mode de transport en commun efficace novateur et éco-responsable.